Page d'accueil
Curriculum vitae en français Travaux et thèmes de recherche Mes publications Documents et liens divers Contactez-moi

ACTIVITES D'ENSEIGNEMENT:

Année

Lieu

Niveau des étudiants

Contenu des cours

Nombre d’heures

2008-2009

IPGP

L2

Hydrodynamique et mécanique des fluides (cours, TD, examen)

32 h

2008-2009

IPGP

L3

Méthodes numériques et mathématiques appliquées (oraux)

14 h

2008-2009

IPGP

L1

Introduction aux géosciences (oraux)

10 h

2009-2010

IPGP

M1

Planétologie générale (oraux)

6 h

2010-2011

ETHZ

L (divers)

Stage de terrain de gravimétrie (stage et rapport)

60 h

2010-2011

ETHZ

L1

Planétologie : atmosphères planétaires (cours)

4 h

2011-2012 ETHZ

1st

Planetary physics and chemistry year

6 h

2011-2012 ETHZ

All

Introduction to gravimetry field work

60h

Total

 

 

 

190 h

   J’ai eu l’occasion d’enseigner dans le cadre d’une université française à l’IPGP au cours des années 2008-2009 et 2009-2010 pour des étudiants de cursus divers, comme c’est souvent le cas dans les filières de sciences de la Terre. Les matières pour lesquelles j’ai participé à l’enseignement sont variées :

    Hydrodynamique et mécanique des fluides:

   J’étais responsable de la totalité du module et de son organisation, concernant aussi bien la partie administrative que l’enseignement. J’ai pris en charge la mise en place du cours proprement dit, mais aussi celle des travaux dirigés ainsi que des examens et de leur correction. Le but de cet enseignement était de fournir aux étudiants une base solide sur la connaissance et la modélisation des processus physiques gouvernant les mouvements des fluides. Les acquisitions essentielles étaient techniques (outils mathématiques nécessaires, équations et lois gouvernant la discipline, techniques de résolution des problèmes et manipulation des équations) mais aussi physiques (compréhension des processus et des phénomènes, illustrations pratiques, applications aux géosciences).

   Méthodes numériques et mathématiques appliquées: Responsable : Stephane Jaquemoud.

   Dans ce module,  je me suis occupé de la partie orale (rédaction des exercices et mise en œuvre). Un important travail de collaboration a été réalisé dans l’équipe pédagogique pour permettre à des étudiants de divers cursus d’utiliser des méthodes complexes et de les appliquer à leurs domaines d’intérêt. (résolution numérique d’équations différentielles, résolution numérique d’équations aux dérivées partielles, interpolation polynômiale, résolution d’équations par méthodes itératives, etc.).

   Introduction aux géosciences:

  Examens partiels oraux, rédaction des sujets et mise en œuvre. Ce module portait sur l’application de notions scientifiques simples à différents domaines des géosciences et leurs exemples réels. (mécanique du système solaire, cycle des océans et sel, réservoirs d’eau sur Terre, etc.).

   Planétologie générale:

   Examens partiels oraux, rédaction des sujets et mise en œuvre. Ce module portait sur la connaissance du système solaire et des planètes. Les aspects physiques et chimiques étaient abordés aussi bien à l’échelle de la planète (dynamique interne, atmosphère) qu’à celle du système stellaire (mécanique céleste, accrétion, détection d’exoplanètes).

Haut de la page

 

   J’ai pu aussi enseigner à l’étranger, en langue anglaise à l’ETHZ (Ecole Polytechnique de Zürich) au cours de l’année 2010-2011. Cette occasion d’effectuer des enseignements en langue étrangère a été pour moi très enrichissante.

   Stage de terrain de gravimétrie:

  J’ai été chargé de l’organisation (sujet et administration) et du déroulement de ce stage, étalé sur deux semaines, du recrutement de doctorants pouvant m’assister et de leur coordination, ainsi que de la responsabilité du matériel de qualité professionnelle. Ce stage était ouvert à différents niveaux d’étudiants et avait pour but de les initier aux manipulations de terrain pratiquées en géosciences. Il a été réalisé parallèlement à plusieurs autres manipulations relatives à différentes disciplines des sciences de la Terre et assurées par les autres membres de l’équipe pédagogique. Le but était d’amener les étudiants à pratiquer eux-mêmes une expérience, à faire leurs propres relevés de données et à les exploiter pour produire un rapport. Les thèmes abordés ont été : la manipulation de l’instrument, sa sécurité, les méthodes de relevé des données, les corrections à apporter à ces dernières en fonction de l’environnement, les méthodes d’exploitation des données, le regard critique sur les résultats obtenus.

   Planétologie: atmosphères planétaires: Cours.

  Ce cours abordait la structure, la physique et la chimie des atmosphères des planètes du système solaire ainsi que les récentes découvertes à leur sujet. Ce cours s’inscrivait dans un module de planétologie plus étendu qui faisait appel à plusieurs intervenants dont il a fallu coordonner les présentations. Les méthodes d’étude à distance, de relevé et les missions spatiales étaient aussi abordées dans ce cours.

Haut de la page

   Au cours de l’année 2011-2012, j’ai assuré à nouveau l’organisation du stage de terrain de gravimétrie et celle du module de planétologie.

   Le faible nombre de cours que j’ai pu assurer lors de mes fonctions à l’IPGP s’explique par la situation de cet institut qui possède généralement plus d’enseignants que nécessaire pour assurer le suivi des étudiants. S’intégrer dans l’enseignement de modules est donc un choix délibéré de ma part, de même que mon implication dans les charges additionnelles de correction et surveillance d’examens (non mentionnées ci-dessus).

   Comme l’indique la liste des cours que j’ai pu effectuer, j’ai eu l’occasion de participer à l’enseignement de disciplines variées, ce qui est tout à fait en adéquation avec  mon cursus  ainsi que mon domaine de recherche de prédilection, la planétologie. En effet, la pluridisciplinarité et la capacité à lier différents domaines est essentielle en sciences de la Terre et de l’Univers.

   Ceci constitue une opportunité pour laquelle je suis particulièrement reconnaissant dans la mesure où la transmission du savoir est, à mon sens, une partie essentielle et incontournable de l’activité de chercheur et de maître de conférences. L’accumulation de connaissances n’est en effet rien sans la possibilité de transmettre cette dernière et la capacité à la mettre à portée du public. La publication d’articles scientifiques remplit une part de ce rôle envers le reste de la communauté des chercheurs, cependant, l’avenir des sciences en général, et de mes domaines d’intérêt particuliers, dépend de l’efficacité et de la clarté de cette transmission. Avoir l’occasion d’exposer des étudiants à notre passion pour nos objets d’étude est donc tout aussi enrichissant que de publier des résultats. Transmettre ses propres connaissances ajoute aux sciences un aspect humain et est un vrai plaisir qui nécessite à la fois patience, rigueur et exigence, tout autant que passion et respect. J’espère en particulier que les prochaines missions spatiales et observations (Mars et les exoplanètes sont de bons candidats en ce moment) susciteront l’engouement des étudiants sur ce sujet passionnant et me donneront l’occasion de lancer de nouveaux projets d’enseignement dans le futur.

   Projets d’enseignement :

   J’aimerais avoir l’occasion de continuer à enseigner des disciplines liées au spatial et à la planétologie. Ayant une approche pluridisciplinaire des sciences et ayant déjà approché des domaines très variés aussi bien en tant qu’étudiant qu’en tant qu’enseignant ou chercheur, je suis capable de m’adapter et de remplir mes fonctions dans une large gamme de disciplines, aussi bien dans une approche descriptive que plus technique. Les enseignements que j’ai effectués sont un bon indicateur de mes préférences pour le futur. Cependant, je suis aussi très intéressé par la possibilité d’étendre mon expérience à d’autres domaines (physique, géodynamique, surfaces planétaires, formation des planètes, exoplanètes).

 

    Activités en matière d’administration et d’animation:

   Parmi mes autres activités, on peut noter ma participation à l’organisation et à l’animation de l’exposition « Mars en Mars », proposée par l’IPGP à Paris en 2006, qui avait pour vocation d’accueillir le grand public et de lui présenter une vision à la fois de l’état de nos connaissances sur cette planète et des efforts d’exploration passés et futurs. De plus, l’exposition accueillait des groupes scolaires de tous âges et leur proposait des expériences pratiques illustrant divers aspects des sciences « martiennes ». Cette opération de vulgarisation touchait donc des publics variés.

   J’ai aussi été impliqué dans l’organisation du « congrès des doctorants » de l’IPGP durant ma thèse. Ce rassemblement permettait aux étudiants en thèse au sein de l’institut de partager leurs sujets d’étude et leurs résultats. De plus, chaque année, des étudiants étrangers étaient accueillis pour l’occasion afin d’étendre la portée du congrès.

   Par ailleurs, je suis depuis 2010 membre de la « Mars Society Switzerland » (et des sociétés homologues française et américaine) et membre de son conseil scientifique. A ce titre, je suis donc impliqué dans le projet « Mars Swiss Cube », sous la direction de Pierre Brisson. Ce projet a pour but de financer et lancer un satellite de petite taille (une dizaine de centimètres de côté) vers Mars (plutôt qu’en orbite terrestre comme le premier « Swiss Cube »).

   Enfin, j’assume des responsabilités de rapporteur pour le journal EPSL (Earth and Planetary Sciences Letters).

Haut de la page